Big Data et Smart Data : des moteurs de croissance pour les stratégies marketing

11 avril

Nathalie Remi-Beauce

Catégorie : Data

Littéralement, Big Data signifie « méga-données ». Cela désigne un ensemble très volumineux de data qui ne peut pas être traité par des outils classiques de gestion de base de données.
S’appuyant sur les nouvelles technologies, le Big Data permet de mettre à disposition dans un temps très court des informations issues de toutes les données disponibles.

L’arrivée du Big Data a donc marqué le début d’une nouvelle ère pour un grand nombre d’entreprises disposant de beaucoup de données et a notamment bouleversé les stratégies marketing.

Comment exploiter tout le potentiel de cette matière première brute ?

Le Smart Data qui se traduit par « données intelligentes » est un prolongement du Big Data pour répondre au besoin de traitement de ce volume exponentiel de data. Il consiste à extraire les informations les plus pertinentes destinées à mener des opérations marketing. Grâce au Smart Data, la donnée est devenue actionnable.

Aujourd’hui les entreprises cherchent à collecter et à stocker le maximum de données car logiquement, plus elles sont nombreuses plus les informations qui en sont déduites sont justes et ces dernières sont clés pour la prise de décision en entreprise. Et le domaine du possible est infini car les sources sont multiples et ne cessent d’augmenter (données digitales, objets connectés…).

Mais il devient donc de plus en plus urgent de réfléchir à la finalité de la collecte des données et de la pertinence de leur exploitation pour ne pas s’embarquer dans des projets trop complexes qui se clôtureraient par un échec. Il est important de tenir compte des impacts sur les coûts notamment de stockage, sur la capacité des organisations à mener de nouvelles expérimentations et mettre en place de nouvelles stratégies.

Privilégier la qualité plutôt que la quantité

Outre les contraintes techniques et budgétaires intrinsèques à l’entreprise, des limites juridiques (RGPD par exemple), déontologiques et maintenant environnementales (le stockage de la data est un grand fabricant de CO2) viennent encadrées la collecte et l’utilisation de la donnée.

Même si les entreprises recherchent toujours plus d’exhaustivité au travers la collecte d’un maximum de data, il faut qu’elles acceptent de se concentrer sur les plus importantes pour répondre à des besoins précis et être en capacité de travailler plus en profondeur pour créer de la valeur.

La perte des qualités d’analyse et de prédiction sera minime face à la responsabilité sociétale et environnementale qu’ont les entreprises.

Le challenge réside donc dans la qualité et la bonne utilisation de la donnée et pas forcément dans les quantités collectées. L’entreprise doit être en mesure d’en retirer toutes les informations nécessaires pour nourrir les outils dédiés à ses opérations marketing.

 

En conclusion, pour qu’une entreprise devienne vraiment data-driven et que les décisions marketing stratégiques soient pilotées par la donnée, il faut qu’elle soit en mesure de la trier, de la transformer et de l’interpréter.

À lire aussi